Page généré le 19/05/2024 21:54:56
Page généré le 19/05/2024 21:51:03

Concours poésie avec Bruno Doucey du 11 mars au 1er avril

Publié le 20/03/2024
A l’occasion du 25ème Printemps des poètes, la librairie Mollat et les éditions Bruno Doucey vous proposent de participer à notre concours afin de remporter des cadeaux… poétiques !
Rendez-vous exclusivement au rayon poésie de la librairie où vous trouverez à partir du lundi 11 mars une table dédiée aux éditions Bruno Doucey. Vous aurez la possibilité de répondre dans un bulletin concours (que vous trouverez sur place) à 6 questions à choix multiples, en lien avec les titres exposés. Vous pourrez glisser ensuite votre questionnaire papier accompagné de vos coordonnées dans l’urne prévue. Nous dévoilerons à partir du 2 avril les noms des trois gagnants que nous contacterons pour remettre les lots suivants :

- le premier prix (6 bonnes réponses tirées au sort) remportera un coffret de titres poétiques B. Doucey, un tote-bag et des cartes postales poétiques de l’éditeur
- le deuxième prix (5 bonnes réponses tirées au sort) sera récompensé d’un coffret et d’un tote-bag B. Doucey
- le troisième prix (4 bonnes réponses tirées au sort) gagnera un tote-bag et des cartes postales poétiques B. Doucey

Bonne chance à toutes et à tous !


Voici un florilège de la maison d’édition Bruno Doucey  - certains en lien avec la grâce, thème du Printemps des poètes 2024 - que vous pourrez retrouver sur notre table, en vitrine et dans notre dossier spécial “25ème Printemps des poètes: la grâce” en ligne prochainement.

 
Dans “Mes forêts”, la tonalité lyrique d’Hélène Dorion (première poète femme vivante au programme du bac 2024-2025) rend grâce au vivant à travers la figure majestueuse de l’arbre : 


“On dirait une silhouette mystérieuse

où glissent des rivières

et s’élancent les rêves


puis le jour recommence

l’arbre jette l’ancre

dans le jardin de tes pas


il tend les cordes de l’univers

où les âmes jamais ne fanent


aux confins du silence

le ciel brûle

- arbre de grâce et de beauté

arbre de solitude et de questions -

les branches qu’il recueille

s’inclinent comme des archets” (...)   



Dans son premier recueil, Marie Pavlenko rend également grâce à la nature dans des poèmes qui tentent par ailleurs de fixer l’éternité de l’instant amoureux :


“Quelque part 

une fleur s’ouvre

comme tes paupières sur le monde”



Dans la préface de “Née de la pluie et de la terre”, JMG Le Clézio salue la poétesse Rita Mestokosho, “pleine de cette puissance féminine qui imprègne les peuples anciens”. D’origine innue et d’inspiration chamanique, elle est l’incarnation “de la parole du monde amérindien” “qui ne revendique pas, qui n’exige pas. Grâce à cet amour et à ce partage, la poésie de Rita s’adresse à nous tous, où que nous soyons dans le monde, quelles que soient nos origines et notre histoire”, comme dans le “Parfum de la terre” qui clôt ainsi son recueil : 


“Je deviens l’hiver pour me reposer

Je deviens le printemps pour rêver

Je deviens l’été pour briller. 


Et je suis une femme d’automne

Née dans un univers qui est aussi le tien”. 



La poétesse d’origine syrienne Maram al-Masri donne quant à elle voix à ses soeurs invisibles, et rend grâce à toutes les femmes, ces “âmes aux pieds nus” victimes du chaos :


“Je pleure pour toi

Femme pleine de lune

Pleine de rivières

Pleine d’arbres


Je pleure l’eau qui te remplit

la tempête qui souffle dans ta poitrine

le feu qui attise ton imagination


Je pleure ta tendresse

ta compassion

ta naïveté 

et ta folie

de la liberté”



La grâce peut être celle d’un geste, celui chorégraphié par la danseuse Pina Baush et chanté par la poétesse israëlienne Hadassa Tal : 


“On va faire danser les étoiles jusqu’au ciel

(...)


Danse comme si tu cueillais,

la musique ouvre un espace vide, vaste

cette nuit tu sembles la nuit-même”



Selon Stéphane Bataillon, la grâce s’apparente au “merveilleux”, cette voix de l’enfant qui sommeille en nous :


“Il existe des choses 

à lire ou à entendre

à dire et à nommer

pour terrasser le vide


une voix d’enfant suffit

pour nous les convoquer

informant les nuages


cela s’appelle 

le merveilleux


rien de plus

- de plus simple

pour te rendre.”

Les belles anthologies poétiques chez B. Doucey

Les nouveautés B. Doucey à découvrir

Quelques-uns de nos coups de coeur chez Bruno Doucey !