Page généré le 29/11/2022 02:08:13
Page généré le 28/11/2022 18:20:25

La Rentrée Littéraire 2022 aux éditions Stock

Publié le 10/06/2022
Une Rentrée qui met en appétit!
Comment font les gens? Olivia de Lamberterie, 9782234088351

« Elle trouve refuge dans une petite grotte érigée au fil des décennies avec des mots, des images et des chansons, l’art, un bien grand mot, la beauté des choses qui la bouleverse lui sert de kaleidoscope pour observer les jours et les gens. Ainsi le quotidien paraît moins féroce aux yeux de cette sentimentale désenchantée. »
Anna, la narratrice de ce roman aux allures de Mrs Dalloway contemporain, est éditrice sous les ordres d’une dictatrice, se débrouille comme elle peut avec la vie, c’est-à-dire plutôt mal. Elle résiste. Elle endigue. Elle encaisse.
Elle se souvient, surtout.
Coincée entre une mère féministe mais atteinte d’une forme de joyeuse démence, trois filles à l’adolescence woke, un mari au sourire fuyant et à la tenue fluo, un cordon sanitaire d’amies qui sonnent le tocsin des SMS et des apéros SOS « burn out », Anna pourrait crier, comme on joue, comme on pleure, « Arrêtez tout ! », mais ça ne marche qu’au cinéma. Comment
font les gens ? Pourquoi ne remarquent-ils pas les « pigeons dégueulasses aux ventres de pamplemousse » ou la mélancolie fêlée d’une voisine de comptoir ? Il y a du Virginia Woolf déjanté dans ce roman de la charge mentale, mais il y a aussi du Françoise Sagan : chaque phrase vise juste, replie le présent déceptif sur le passé enchanté.
Chaque phrase accueille au creux du confort d’une vie d’apparence bourgeoise les secrets de l’enfant caché, blessé, cajolé parfois, que fut Anna, car chaque adulte est cousu d’enfant. Il veut ce que nous voulons tous : l’amour.
Dans ce mélange inimitable de drôlerie décalée, d’observation d’un quotidien détraqué et d’émotion à fleur de peau, Olivia de Lamberterie a écrit un roman parfaitement juste sur notre société, vue par les yeux d’une femme.
L’un des livres les plus attendus de la rentrée.

Une brève liberation, Félicité Herzog, 9782234094024

C’est une histoire française. Elle se passe pour l’essentiel à Paris, pendant l’occupation allemande, puis dans le maquis du Vercors où les résistants se battent dans la neige et le froid, jusqu’au dernier. Une histoire française, presque un roman, mais tout y est vrai, qui oppose deux France. Celle des Cossé-Brissac, le côté maternel de Félicité Herzog, dont la grand-mère May, aussi libre de son corps en privé qu’attentive aux conventions immuables de l’aristocratie en public, reçoit dans son hôtel particulier le Tout-Paris de l’occupation, le Tout-Vichy, de Paul Morand à Pierre Drieu La Rochelle, de Josée Laval (la fille de Pierre Laval) à Coco Chanel.
Une jeune fille grandit là, qui désapprouve en silence, puis désobéit, prisonnière de ce monde clos, rétive cherchant à s’échapper par l’intellect et le plaisir. Cette belle adolescente promise à un mariage de l’entre-soi se nomme Marie Pierre de Cossé-Brissac. C’est la mère de l’auteure.
L’autre France, c’est celle plus lumineuse, jeune, bravache, idéaliste, de la résistance par les idées et par les armes. Un grand bourgeois juif parisien envoie son jeune fils en province. Celui-ci rejoint le maquis du Vercors.
L’intellectuel rompu aux joutes de l’esprit apprend à tirer, se cache dans les grottes, combat en montagne. Il se nomme Simon Nora, rebaptisé « Kim » dans son réseau. À la fin de la guerre, seul survivant du massacre de la grotte aux fées, il revient auréolé de courage. L’aristocrate de haute lignée rencontre alors l’héritier des héritiers du judaïsme. Deux aristocraties au fond, mais que tout oppose. Le drame qui se joue dans ce roman haletant, cette fresque guerrière sous les hauts portraits d’ancêtres et dans les forêts où les SS fusillent les héros, atteint son sommet.
Une brève libération déploie le romanesque de la vérité des sentiments, de l’amour impossible, de l’union des contraires.
Un héros, le roman autobiographique de Félicité Herzog, publié chez Grasset en 2012, a reçu un grand succès auprès de la presse et s’est vendu à 100 000 exemplaires.

Les Méditerranéennes, Emmanuel Ruben, 9782234090002

Décembre 2017, banlieue de Lyon. Samuel Vidouble retrouve sa famille maternelle le temps d’un dîner de Hanoukkah haut en récits bariolés de leur Algérie, de la prise de Constantine en 1837 à l’exode de 1962. En regardant se consumer les bougies du chandelier, seul objet casé dans la petite valise de Mamie Baya à son arrivée en France et sujet de nombreux fantasmes du roman familial – il aurait appartenu à la Kahina, une reine juive berbère –, il décide de faire le voyage, et s’envole pour Constantine. Il espère aussi retrouver Djamila, qu’il a connue à Paris, la nuit des attentats, et qui est partie faire la Révolution pour en finir avec l’Algérie de Bouteflika.
Passé et présent s’entrelacent au long de ses errances dans les rues de Constantine, aussi bien qu’à Guelma et Annaba, retrouvant les lieux où sa grand-mère s’est mariée, où son grand-père s’est suicidé, où sa mère est née, où sa tante s’est embarquée pour Marseille. De retour en France, il ne cesse d’interroger les femmes de sa famille, celles à qui revient d’allumer les neuf bougies, pour élucider le mystère du chandelier.
Au fil de leurs souvenirs, il comprend ce qui le lie à l’Algérie et ce qui lie toutes ces générations de femmes que l’histoire aurait effacées s’il n’y avait des romans pour les venger. Derrière les identités multiples, légendaires, réelles ou revendiquées – passé berbère, religion juive, langue arabe, citoyenneté française –, c’est l’appartenance à une communauté
géographique qui se dessine : le vrai pays de ces Orientales, c’est la Méditerranée, la Méditerranée des exilés d’hier et d’aujourd’hui, la Méditerranée d’Homère et d’Albert Cohen, d’Ibn Khaldun et d’Albert Camus.
Dans ce grand livre de rires et de larmes qui tient à la fois de la quête initiatique, du récit des origines, de la saga familiale et du roman d’amour, Emmanuel Ruben réinvente et magnifie son pays des ancêtres.

Mon nom est sans mémoire, Michaela Marzano, 9782234091320

Lorsque son frère devient père, Michela cherche à comprendre pourquoi elle n’a jamais eu le courage de mettre au monde un enfant. De quoi a-t-elle eu toujours si peur ?

Lorsqu’elle se tourne vers son père, découvrant qu’il porte pour deuxième prénom Benito, elle se heurte à une indifférence qui hésite entre l’esquive et l’hostilité. Pourquoi le prénom de Mussolini ? Michela entreprend d’y voir plus clair et, bientôt aidée d’Internet, d’une boîte de médailles familiales qui dort au sommet d’un placard, et de piles de lettres empoussiérées, elle saisit des pans de vérité. La vérité c’est que son grand-père paternel que la transmission familiale racontait royaliste et patriote fut un des tout premiers soutiens du Duce. La Première Guerre avait ravagé l’Italie, tuant 1.240.000 soldats et civils, et une jeune génération traumatisée s’était laissé tenter par le fascisme. Mais ensuite ? Installé entre Lecce, dans les Pouilles, et Rome, il poursuit une carrière de juge, opérant sur la politique locale et nationale. Avec le temps, les tabous se cristallisent et le silence s’installe, minant les relations familiales.
Le choc intime que provoquent en Michela ces recherches est vertigineux. Et si l’origine de sa honte résidait dans le passé refoulé de sa famille ? Son histoire familiale se révèle en écho au destin de son pays avec une telle intensité qu’elle nous saisit à chaque page. La joie de vivre est si étrangère à son père qu’elle semble d’abord aussi interdite à Michela. Mais grâce à sa détermination, grâce à son écriture, elle la retrouve et nous la partageons.
Un cheminement bouleversant.

Beyrouth-sur-SeineSabyl Ghoussoub, 9782234092570

Lorsque le narrateur décide de questionner ses parents sur leur pays d’origine, le Liban, il ne sait pas très bien ce qu’il cherche. La vie de ses parents ? De son père, poète-journaliste tombé amoureux des yeux de sa femme des années auparavant ? Ou bien de la vie de son pays, ravagé par des années de guerre civile ?
Alors qu’en 1975 ses parents décident de vivre à Paris pendant deux ans, le Liban sombre dans un conflit sans fin. Comment vivre au milieu de tout cet inconnu parisien quand tous nos proches connaissent la guerre, les attentats et les voitures piégées ? Déambuler dans la capitale, préparer son doctorat, voler des livres chez Gibert Jeune semble dérisoire et pourtant ils resteront ici, écrivant frénétiquement des lettres aux frères restés là-bas, accrochés au téléphone pour avoir quelques nouvelles.
Très vite pourtant la guerre pénètre le tissu parisien : des bombes sont posées, des attentats sont commis, des mots comme « Palestine », « organisation armée », « phalangistes » sont prononcés dans les JT français.
Les années passent, le conflit politique continue éternellement de s’engrener, le Liban et sa capitale deviennent pour le narrateur un ailleurs dans le quotidien, un point de ralliement rêvé familial. Alors il faut garder le lien coûte que coûte notamment à travers ces immenses groupes de discussion sur WhatsApp. Le Liban, c’est la famille désormais.

Incisif, poétique et porté par un humour plein d’émotions, Beyrouth-sur-Seine est une réflexion sur la famille, l’immigration et ce qui nous reste de nos origines.

Dans un royaume lointainAmina Richard, 9782234093973

Élevée par sa mère blanche dans la France des années 1970 et des publicités Banania, une jeune femme métisse part a la recherche de son père au Sénégal. Elle est poussée par un élan vital : celui d’une enfant obstinée de quatre ans, pétrie de littérature enfantine et d’attentes irrésolues, qui refuse de grandir tant qu’il ne l’aura pas reconnue comme sa fille.
Mais une fois au Sénégal, tout la déconcerte : l’accueil que lui réserve son père, les inconnus qui forment son cercle familial, les lieux, les odeurs, les sourires et les mots... Elle arrive en étrangère dans un pays qui n’est pas le sien.
Que comprendre de ce destin fragmenté ? L’histoire intime de chacun s’inscrit-elle, comme au cœur des contes, dans un royaume lointain qu’il faut atteindre pour y trouver sa vérité ?
Le style d’Amina Richard frappe par sa maîtrise, par la vivacité de son ton suscitant tour à tour émotion, colère, rire ou consternation, et par son amplitude qui invite le lecteur à littéralement respirer le texte, comme s’il partageait le souffle de la narratrice.

Le pays des ombres, Tristan Jordis, 9782234093805

De la prison dans laquelle il purgeait une peine de quatre ans, mon ami Mansour m’a un jour écrit avoir été envoûté par un féticheur quelques années plus tôt. À la fin de sa lettre, il me demandait si je pouvais partir à sa recherche pour lever le sortilège. Les amitiés issues des squats de crackmans ont décidément une valeur hors du commun. De la toxicomanie
à l’emprisonnement, cette quête devait me mener aux confins de l’Afrique.
Traversant la brousse et les forêts de son pays natal, l’esprit mystique des lieux m’amena à ce qui pourrait le délivrer. Après dix-sept ans d’absence, il revint cultiver la terre dans son village et retrouver la part de lumière en lui.
À mon tour, fatigué de lutter dans une histoire devenue absurde, j’allai lui demander de me transmettre cette connaissance qui guérit l’esprit.
Un roman d’une impressionnante puissance littéraire et une révélation de cette rentrée.

Quand tu écouteras cette chanson, Lola Lafon, 9782234092471

« Comment l’appeler ?
Je dis Anne, mais cette fausse intimité me met mal à l’aise. Je ne peux pas dire Anne, quelque chose m’en empêche, qui, au cours de la nuit, se matérialisera par l’impossibilité de rester dans sa chambre. Alors je dis Anne Frank, comme on évoque l’ancienne élève brillante d’un collège fantomatique. Deux syllabes.
Anne Frank, une histoire que « tout le monde connaît » tellement qu’il n’en sait pas grand-chose. Car « tout le monde connaît » ne dit pas que « tout le monde sait », mais qu’on est pressé de passer à autre chose, de le ranger au Musée, ce petit fantôme.
La Maison Anne Frank est un appartement vide. C’est l’absence de ses habitants devant laquelle les visiteurs défilent. C’est le vide qui transforme cet appartement, l’Annexe, en musée. Mais le vide n’existe pas. Il est peuplé de reflets qui témoignent de l’abîme, celui de la disparition d’Anne Frank.
Toute la nuit, j’irai d’une pièce à l’autre, comme si une urgence se tenait tapie encore, à retrouver. »

Un nouveau bijou dans la collection Ma Nuit au Musée

Hors-la-loi,
Anna North, 9782234088993

« En l’an de grâce 1894, je devins une hors-la-loi. »
À dix-sept ans, la vie semble sourire à Ada : elle vient d’épouser le garçon qu’elle aime et son travail de sage-femme aux côtés de sa mère la passionne. Mais les mois passent et le ventre de la jeune femme ne s’arrondit toujours pas. Dans cette petite ville du Texas où la maternité est portée plus haut que tout, et la stérilité perçue comme un signe de sorcellerie, les accusations à son encontre ne tardent pas à se multiplier. Bientôt sa vie même est menacée et elle n’a d’autre choix doit que de partir, renonçant à tout ce qu’elle avait construit.
Elle trouve refuge au sein du tristement célèbre gang du Hole in the Wall, une bande de hors-la-loi dirigée par un leader charismatique : le Kid. Le Kid rêve de créer un
havre de paix pour les femmes marginalisées et rejetées par la société en raison de leurs différences.
À ses côtés, Ada apprend à monter à cheval, à tirer et à maîtriser l’art de se déguiser en homme pour piller des diligences ou voler du bétail. Mais le Kid veut aller plus loin et échafaude un plan qui pourrait bien leur être fatal. Ada est-elle prête à tout risquer pour un monde meilleur ?
Hors-la-loi dépoussière avec fracas le mythe du Far West et brosse le portrait d’une héroïne inoubliable, portée par une soif de vérité et de justice.
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch
« Une histoire palpitante, étrangement familière mais complètement transformée. »
The Washington Post
« Que les fans de Margareth Atwood et de La Servante écarlate se tiennent prêts pour un voyage extraordinaire où la question du genre, la sexualité, l’action et la découverte de soi s’unissent, rendant ainsi le roman d’Anna North aussi moderne que classique. » The Boston Globe


Fiction française et étrangère